Les aides-soignant(e)s

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte

Elles ont mission d’assurer, sous la responsabilité de l’infirmière coordinatrice et de l’infirmière adjointe, des soins d’hygiène et de confort à la personne accueillie.

L'aide-soignant(e) exécute les soins selon les compétences reconnues par son diplôme et sous délégation et responsabilité de l’infirmière coordinatrice.
Il (elle) apporte une aide spécifique pour accomplir les gestes essentiels de la vie :

  • Soins d’hygiène ;
  • Soins préventifs d’escarres ;
  • Habillage, déshabillage, aide à la gestion de l’incontinence ;
  • Aide à la mobilisation (lever, coucher, déplacements, transferts…) ;
  • Surveillance de la prise du traitement ;
  • Surveillance des constantes physiologiques : pulsations, température, pression artérielle…
  • Soins relationnels, accompagnement, soutien ;
  • Rôle éducatif ;
  • Rôle préventif (surveillance du poids, de l’hydratation, …)

et aide, dans la mesure du possible, la personne à recouvrer tout ou partie de son autonomie.

N.B. : L’aide-soignant(e) peut assurer la réfection du lit en cas d’absence d’aide-ménagère.

Il (elle) assure la mise à jour du classeur de transmissions laissé au domicile, outil mis à disposition de tous les intervenants et de la famille après acceptation de l’usager, afin d’obtenir la meilleure coordination possible.

L’aide-soignant(e) se doit de respecter les usagers et leur vie privée, d’être discret(e) et de respecter le secret professionnel.

Il (elle) est salarié(e) du service et doit être traité(e) avec respect. Il(elle) ne doit pas être sollicitée pour une autre tâche que celle prescrite par l’infirmière coordinatrice.

Un(e) aide-soignant(e) est un professionnel de santé. A ce titre, il n’entre pas dans ses attributions d’effectuer des tâches qui relèvent de l’aide-ménagère telles que le ménage, la préparation des repas ou des courses.

L’aide-soignant(e) est seule habilité(e), en fonction de sa formation et son diplôme, à juger de la faisabilité d’un acte en fonction de l’état de l’usager. Ainsi, il (elle) seul(e) peut prendre la décision de modifier un acte planifié (douche par exemple) s' il (elle) juge que l’état de santé de la personne ne permet pas de l’exécuter dans de bonnes conditions de sécurité pour l’usager, et pour lui (elle)-même.